La Rentrée – Comment bien ajuster le sac à dos

Par Association des chiropraticiens du Québec

À lire aussi: Sac à dos Bien le choisir – Bien le remplir Bien l’enfiler – 6 signes que ça cloche

Vous croyez avoir acheté le bon sac à dos à votre enfant pour la rentrée, mais malgré tout il pendouille et bat la cadence au rythme de ses pas? Un bon sac à dos doit être ajustable en plusieurs points.

Comment bien ajuster le sac à dos?

  • Régler les bretelles de manière à ce que le sac ne tombe pas plus bas que les hanches et ne dépasse pas les épaules.
  • Ajuster les bretelles de façon à ce qu’une main puisse se glisser entre le sac et le dos.
  • Arranger les bretelles confortablement pour ne pas être serré sous les bras.
  • Ajuster également la ceinture de taille, qui doit être bien appuyée sur les hanches.
  • Si le sac est muni de sangles de rapprochement sur les côtés, serrez-les de manière à ce que le poids du sac soit le plus rapproché du dos de l’enfant.

Bonne rentrée!

rentrée scolaire

Source :

Association des chiropraticiens du Québec

La Rentrée – choisir le bon sac à dos

L’été chaud et les vacances bien méritées nous font oublier le train-train quotidien et nous permet de refaire le plein. Les vacances sont aussi pour certains le temps de préparer la Rentrée qui s’annonce déjà à nos portes. Parmi ses préparatifs, il y a l’achat des effets scolaires mais aussi de son contenant: le sac à dos.

C’est quoi un bon sac à dos? Pour la plupart des jeunes, un sac à dos cool,  c’est celui sur lequel on retrouve leur personnage de dessin animé préféré ou le logo d’une marque prestigieuse.  Mais, s’ils ne savent pas exactement comment le choisir, le charger, l’ajuster, le soulever et le porter, le sac à dos à la mode peut être une cause de problème au dos, au cou, à la tête et aux épaules.

Comment choisir le bon sac à dos?

  • Le sac est composé de matériel résistant mais léger
  • Les bretelles ont idéalement 2 pouces de large, elles sont rembourrées et ajustables
  • Des ceintures sont prévues à la hauteur des hanches et du torse
  • Le derrière du sac est rembourré pour un meilleur confort
  • Plusieurs pochettes et compartiments facilitent la répartition du poids du sac
  • Le dessus du sac ne doit pas dépasser le haut des épaules de l’enfant
  • Le fond du sac ne doit pas être plus bas que les hanches (non appuyé sur les fesses)

C’est la grandeur de l’enfant qui détermine en grande partie le choix d’un sac. Il est donc essentiel qu’il soit présent lors de l’achat du sac à dos.

Le matériel scolaire se trouve déjà dans les magasins depuis la mi-juillet. Et vous, quand comptez-vous débuter vos achats pour la rentrée scolaire?

Source: Association des chiropraticiens du Québec 

Semaine de la Santé Neuro-Vertébrale 2

Comme nous en parlions la semaine dernière, du 7 au 11 mai, se déroulait la Semaine de la Santé Neuro-Vertébrale. Cette semaine encore, le porte-parole de l’Association des chiropraticiens du Québec, Daniel Melançon, discute avec une chiropraticienne de certaines idées tenaces sur la chiropratique. Un autre mythe y est déboulonné cette semaine et les faits clairement expliqués.

Participez au concours

Testez vos connaissances sur la chiropratique et courez la chance de gagner un voyage d’une semaine pour deux en Tunisie!

Cette semaine, visionnez le Mythe et CHIROréalité #2: Les chiropraticiens soignent-ils que les maux de dos?

Donc, n’oubliez pas, vous pouvez participez jusqu’au 27 mai en cliquant ici: https://www.chiropratique.com/concourschirorealites/

Bonne chance à tous!

Semaine de la santé neuro-vertébrale

SEMAINE DE LA SANTÉ NEURO-VERTÉBRALE 2018

Du 7 au 11 mai, c’est la Semaine de la Santé Neuro-Vertébrale. Le porte-parole de l’Association des chiropraticiens du Québec, Daniel Melançon, discute avec une chiropraticienne de certaines idées tenaces sur la chiropratique dans une série de 4 capsules vidéo. Des mythes y sont déboulonnés et les faits clairement expliqués.

Testez vos connaissances sur la chiropratique et courez la chance de gagner un voyage d’une semaine pour deux en Tunisie!

Cette semaine, visionnez le Mythe et CHIROréalité #1: Les chiropraticiens sont-ils de vrais docteurs?

Participez jusqu’au 27 mai en cliquant ici: https://www.chiropratique.com/concourschirorealites/

Bonne chance à tous!

Le jardinage

Le retour du printemps et du beau temps ensoleillé fait apparaître les premières fleurs du printemps. Les adeptes du jardinage trépignent d’impatience en imaginant leurs plates-bandes et leurs jardins.

Le jardinage est une activité agréable qui nous reconnecte avec la nature.  Il a été démontré que le jardinage réduisait le stress même lorsque nous n’en faisons que quelques minutes par jour seulement.

Toutefois, il peut causer des douleurs et courbatures si nous ne faisons pas attention à nos mouvements. Échauffements et étirements sont de rigueur pour une saison de jardinage remplie de fleurs!

Voici quelques consgardening-maineils pour vous aider à profiter pleinement de votre jardinage tout en minimisant les risques de douleur.

LE JARDINAGE, UN SPORT À RISQUE?

Plus qu’un simple passe-temps, le jardinage est un sport. Creuser, soulever, étendre, se pencher : c’est ce qu’on appelle faire de l’exercice! Selon l’intensité à l’ouvrage, vous pouvez brûler jusqu’à 300 calories à l’heure en vous adonnant à une séance d’horticulture. Le jardinage est une activité qui se pratique généralement au sol. Rester en position penchée pendant plusieurs heures est une demande inhabituelle pour les articulations des membres inférieurs et du bas du dos. Les membres supérieurs peuvent aussi souffrir d’une utilisation abusive des muscles, tendons et ligaments. La bonne nouvelle est qu’il est possible de prévenir la plupart des blessures neuro-musculo-squelettiques associées à l’horticulture.

AVANT: BIEN S’ÉCHAUFFER

Avec l’arrivée du beau temps, il est parfois tentant de se précipiter dans le jardin pour y attaquer le grand ménage. Cependant, avant de commencer, préparez vos articulations, vos muscles et votre dos à l’effort. Le jardinage demande un travail cardiovasculaire et musculaire impliquant de lever des charges et de s’étirer parfois plus que nous ne le faisons dans notre quotidien.  Un échauffement est donc conseillé pour préparer votre corps à l’effort, ce qui augmentera la température des muscles, articulations et tendons.

Vous ne savez pas trop quels étirements faire? L’appli Allez bougez Canada, vous aidera à améliorer votre posture et à retrouver la forme. Il vous suffit de trois minutes !

PENDANT: POUR JARDINER SANS SE BLESSER

Dans le feu de l’action, on perd facilement la notion du temps. Nous nous emballons et oublions parfois d’écouter notre corps. Trop souvent nous poussons la machine et dépassons nos limites. Il est préférable d’adopter un rythme de croisière plutôt que de foncer tête baissée. Voici donc quelques petits trucs pour éviter de vous blesser en jardinant.

  • Faites une pause toutes les 15-20 minutes pour vous redresser, vous étirer et vous dégourdir les jambes. Vous réduirez ainsi les courbatures en évitant de rester trop longtemps dans la même position.
  • Au lieu de vous concentrer sur la même chose, variez vos tâches. Encore une fois, cela évitera de rester trop longtemps dans la même position. Un changement régulier de position préviendra la sollicitation, pour une période trop longue, d’un même groupe de muscles, tendons, capsules, etc.
  • Agenouillez-vous plutôt que de vous pencher. L’usage d’un coussin ou d’un petit banc peut diminuer les inconforts. Vous pouvez aussi utilisé une chaudière posée à l’envers en guise de petit banc.
  • Pliez toujours les genoux pour prendre ou pour déposer les charges.
  • Qui dit jardinage dit sacs de paillis, de terreau ou plantes dans de gros pots. Au lieu de traîner un gros sac de terre d’un bout à l’autre du jardin, utilisez donc une brouette pour déplacer les charges sur les terrains plats. De plus, l’utilisation d’une brouette sur deux roues permet d’éviter les débalancements ou les perte d’équilibre qui risqueraient de vous blesser au dos.
  • Même avec une brouette, pensez à diviser vos charges en plusieurs petits voyage. Vous marcherez peut-être plus, mais cela vous aura fait changé de position et évitera les courbatures du lendemain.

Soulever des lourdes charges

Si vous devez soulever quelque chose de lourd, demandez de l’aide ou allez voir nos conseils sur la façon de soulever une charge sans vous faire mal au dos.

Buvez de l’eau

Il est important de s’hydrater, surtout si l’on fait une activité physique au soleil. Apportez-vous une bouteille d’eau. Lorsque vous faites votre pause toutes les 15-20 minutes, profitez-en pour vous désaltérer.

Respirez à fond

Tout en jardinant et pendant vos pauses-étirements, prenez de bonnes respirations afin de bien oxygéner vos muscles et améliorer votre circulation. Gardez les épaules et la poitrine détendues. Lorsque vous respirez profondément, vous devriez voir votre abdomen bouger en douceur.

Écoutez votre corps

Quelle joie de jouer à pleines mains dans la terre ! En fait, le jardinage peut aussi être méditatif. Mais attention, ne vous laissez pas emporter par votre enthousiasme.  Surveillez les petites douleurs agaçantes avant qu’il ne soit trop tard. Soyez à l’écoute des signaux que vous envoie votre corps. Si vous ressentez un tiraillement, faites une pause ou changez de position.

APRÈS: POUR BIEN EN PROFITER

Si l’échauffement est important au début, il est aussi recommandé de bien s’étirer à la fin de la journée. Les muscles et tendons ont aussi besoin d’être assouplis. De bons étirements préviendront les raideurs du lendemain et contribueront à augmenter et maintenir un niveau adéquat de flexibilité. S’étirer permet donc de réduire les risques de blessures pouvant causer des élongations musculaires ou des tendinites.

LA CHIROPRATIQUE À LA RESCOUSSE

Malgré vos précautions, vous souffrez? Dites-vous qu’une douleur musculaire qui dure plus de 48 heures est un signal de votre corps vous indiquant qu’il a besoin d’aide. Consultez alors un docteur en chiropratique. Il est formé pour diagnostiquer et traiter les problèmes de la colonne vertébrale, des systèmes nerveux, musculaires et squelettiques. En plus de soulager votre douleur, le chiropraticien pourra vous indiquer comment corriger votre posture, afin que vous puissiez vous amuser au jardin tout au long de la saison.

Demandez à votre chiropraticien(ne) quels sont les exercices d’échauffement et d’étirement appropriés au jardinage.

Source:

Association chiropratique canadienne

Passeport santé 

Santé Canada www.hc-sc.gc.ca

Université de Sherbrooke

Association des chiropraticiens du Québec

Le ménage printanier

Pour certains c’est une corvée pénible. Pour d’autres, c’est l’occasion de faire de la place dans les placards, de donner les objets qui ne servent plus, etc. Peu importe la motivation quand vient le temps d’attaquer le ménage printanier, le risque de blessures et de courbatures est bien réel.  Il est donc nécessaire de prendre les précautions qui s’imposent.

ÉCHAUFFEZ-VOUS

Vous savez l’importance de bien vous échauffer avant une activité physique. Préparez-vous en faisant une petite balade dans le coin, montez et descendez les escaliers à quelques reprises ou faites le tour de la maison en marche rapide. Cela vous aidera à prévenir les blessures. Vous pouvez aussi télécharger l’appli grauite Allez bougez Canada. C’est un programme simple et rapide d’exercices se réalisant en seulement 3 minutes!

DIVISEZ LES CHARGES LOURDES

Corvée de lessive ! On n’en voit jamais la fin. Il peut être tentant de s’en débarrasser d’un seul coup. Il est toutefois plus prudent de diviser le poids des brassées pour diminuer les risques de blessures. Même précaution pour transporter les sacs d’épicerie. Si vous ne conduisez pas, utilisez un chariot plutôt que de vous embarrasser de sacs trop lourds.

NE FAITES PAS TOUT D’UN SEUL COUP

Pourquoi accumuler vos corvées et toutes les abattre pendant votre journée de congé ? Il serait plus judicieux de dresser une liste de tâches pour la semaine et d’en cocher quelques-unes chaque jour. Une demi-heure de ménage par jour peut, pour certaines personnes, diminuer le stress, la fatigue et les risques de blessures. Si vous en faites un peu chaque jour de la semaine, vous aurez plus de temps libre pour profiter de la fin de semaine avec votre famille et vos amis.

ADOPTEZ UNE BONNE POSTURE

Certaines tâches sont plus susceptibles d’augmenter les risques de blessures. Par exemple, passer l’aspirateur ou la vadrouille peut vous forcer à vous pencher, à vous étirer et à vous contorsionner davantage. Au lieu de vous étirer les bras ou de vous pencher, avancez et reculez en tenant l’aspirateur ou la vadrouille près du corps. Évitez toute torsion excessive et travaillez avec le dos détendu en position neutre.

CHANGEZ DE MAIN

Si possible, faites travailler les deux côtés du corps (ex.: mains, bras) pour éviter les douleurs aux épaules, au cou et même au dos. Bien qu’il ne soit pas recommandé de couper les légumes avec votre « autre » main, vous pouvez alterner pour nettoyer les carreaux de la salle de bain ou faire la vaisselle.

NETTOYEZ SANS VOUS BLESSER

Laver les plafonds, les murs, les fenêtres… ces tâches occasionnent couramment des blessures aux épaules. Une séance de nettoyage intense peut occasionner des blessures à cette articulation. D’autant plus si elle n’est pas souvent sollicitée dans le cadre de vos activités quotidiennes. Une position telle que l’impose le lavage des murs et fenêtres est propice à l’apparition de courbatures. Le fait d’exercer une pression vers l’avant, le bras en extension, combinée au maintien de cette posture pendant une longue période sollicite beaucoup la musculature de l’épaule.

SOULEVEZ AVEC EFFICACITÉ

Afin de traquer les poussières efficacement dans tous les coins de la maison, vous souhaiterez sûrement soulever et déplacer les meubles lourds tels que les sofas, réfrigérateurs, etc. Vous avez rempli des boîtes d’objet que vous souhaitez donner? N’hésitez pas à vous faire aider pour soulever ces charges. De plus, pour déplacer les meubles et les objets lourds, utilisez des outils de levage comme un « diable » ou des courroies. Vous déplacez quelques boîtes pour entreposage? N’oubliez pas de vous pencher en pliant les genoux, pas le dos et gardez la charge près de vous. Déposez en pivotant le corps en entier, et non pas en effectuant une torsion du haut du corps.

Votre maisonnée brille comme un sou neuf et malgré vos précautions, vous ressentez de la douleur? N’hésitez pas à consulter l’allié de votre santé, votre chiropraticien.

Source:

Association chiropratique canadienne

Association des chiropraticiens du Québec

En finir avec les migraines

Le fait que les femmes soient majoritairement touchées par les migraines a contribué à la fausse conception, à une certaine époque, que les migraines étaient un mal d’ordre psychologique. Encore aujourd’hui, la science arrive difficilement à établir la cause précise des migraines. On sait toutefois que le stress, la fatigue, les changements hormonaux, la prise de contraceptifs oraux et l’alimentation sont des facteurs qui peuvent en déclencher l’apparition. La migraine touche environ 12% des adultes au Canada et les femmes seraient trois fois plus affectées que les hommes. Pourquoi?

LA GRANDE FAMILLE DES CÉPHALÉES

Il y aurait plus de 120 types de céphalées, désignées dans le langage courant de « maux de tête ». Ce terme regroupe plusieurs types d’affectations dont la douleur varie en intensité. La migraine et la céphalée de tension, bien distinctes, sont les deux « maux de tête » les plus souvent rencontrés. La migraine est une forme de céphalée qui revient de façon récurrente, qui non traitée peut durer de 4 à 72 heures et qui s’accompagne, chez certains individus, de troubles visuels et/ou digestifs, ainsi que d’une hypersensibilité à la lumière et aux sons. La céphalée de tension, plus fréquente, s’explique quant à elle par des tensions au niveau des muscles de la mâchoire, du visage, du cou et des épaules. La personne en souffrant ressentira fréquemment une sensation de serrement au niveau du front et des tempes.

MIGRAINE OU MAL DE TÊTE?

Plusieurs femmes souffrant de migraines peuvent croire à tort qu’elles n’ont qu’un simple mal de tête. La différence n’est pas facile à faire puisque ces deux types de céphalées peuvent se manifester en même temps. Il est également possible qu’une céphalée de tension puisse se transformer en migraine. Une migraine, contrairement à un mal de tête, affectera souvent un seul côté de la tête et donnera la sensation d’une pulsation. La personne souffrant de migraines pourra également endurer des nausées et avoir de la difficulté à tolérer les sons et la lumière.

POURQUOI LES FEMMES?

C’est en partie la grande incidence des changements hormonaux sur l’apparition des migraines qui cible les femmes comme les plus à risque d’en souffrir. Les fluctuations hormonales reliées au cycle menstruel, et plus particulièrement la chute de l’oestrogène en fin de cycle, peuvent provoquer des crises migraineuses. D’ailleurs, les migraines sont plus fréquentes à partir de la puberté, et de l’apparition des menstruations, et tendent à disparaître à la ménopause.

LA CHIROPRATIQUE À LA RESCOUSSE

Les tensions provoquées par les céphalées peuvent être dues à un mauvais mouvement ou à un mauvais positionnement des vertèbres cervicales. On parlera alors de subluxation vertébrale. Une étude publiée dans le Journal of Manipulative & Physiological Therapeutic a démontré que 84% des participants souffrant de migraines ou de maux de tête dus à la tension souffraient d’au moins deux importantes subluxations au niveau cervical. Pour remédier à cette dysfonction, l’ajustement chiropratique stimule le système nerveux en rétablissant la mobilité des vertèbres cervicales. Cela entraîne la relaxation des muscles cervicaux et le soulagement de la douleur causée par la tension.

PRENEZ LE CONTRÔLE

Vous souffrez de migraines fréquentes? Il est conseillé de tenir un journal afin de plus facilement en identifier les déclencheurs. Dès lors, vous pourrez agir plus rapidement à l’apparition des symptômes. Le docteur en chiropratique pourra évaluer, avec la personne souffrant de migraines, les aspects de son mode de vie qui peuvent avoir une incidence sur la fréquence et la sévérité des crises, de manière à mieux contrôler les attaques et possiblement les éliminer. Suivez les conseils suivants pour diminuer l’emprise des migraines sur votre vie :

• Tâchez de réduire votre niveau de stress

• Faites de l’exercice physique

• Mangez équilibré, sans sauter de repas

• Dormez suffisamment, de 6 à 8 heures par nuit

Prenez votre santé en main, visitez votre chiropraticien régulièrement!

Source:

Association des chiropraticiens du Québec

Statistiques Canada

Passeport Santé

Cervicogenic dysfunction in muscle contraction headache and migraine: a descriptive study. Vernon H, Steiman I, Hagino C. J Manipulative Physiol Ther. 1992 Sep;15(7):418-29.

Les maux de tête et la massothérapie

Par Rosalie Payette, massothérapeute

Il existe quelques types de de maux de tête autrement nommés les céphalées. Les plus connues et celles qui seront mises en lumière dans cet article sont les céphalées de tension et la migraine.

La céphalée de tension est le mal de tête le plus commun. Elle est souvent causée par le stress et l’anxiété, la fatigue ou à la suite de nourriture très grasse ou d’abus d’alcool. Plus nous attendons pour combattre ce mal de tête, plus il risque d’augmenter d’intensité.

Les migraines ressemblent aux maux de tête chroniques, mais sont plus intenses et sont souvent plus longues. La circulation sanguine est un peu moins fluide dans ce genre de situation. Nous l’identifions plus souvent chez les femmes que chez les hommes. Lors d’une migraine, le bruit et la lumière sont à éviter.

PRÉVENTION

Tout d’abord, si vous souffrez de maux de tête chronique, la première étape est d’identifier la cause de ceux-ci. Est-ce le stress causé par le travail, le manque de sommeil ou des soucis personnels? Dès les premiers symptômes, essayez d’identifier la cause. Si vous en êtes incapable après plusieurs maux de tête chroniques, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé.

Le massage peut faire partie de votre solution. Prendre un moment pour soi afin de se détendre et de décrocher de la réalité pour quelques instants, pourrait prévenir un mal de tête. De plus, en relâchant certaines tensions musculaires, spécialement au niveau du cou, le sang pourra donc mieux circuler et oxygènera mieux la tête.

Si vous souffrez de maux de tête, n’hésitez pas à contacter les massothérapeutes, Amélie et Rosalie, de la clinique afin de prendre rendez-vous.

RÉFÉRENCES
Passeport Santé

Association professionnelles des massothérapeutes spécialisés du Québec

Le syndrome de la tête plate

Avec l’arrivée d’un nouveau-né à la maison, plusieurs questionnements surviennent. Une grande préoccupation de tous les parents est la prévention de la tête plate. Il est donc important de comprendre comment elle se produit afin de trouver des solutions pour la prévenir.

QU’EST-CE QUE LA PLAGIOCÉPHALIE?

La plagiocéphalie désigne un aplatissement au niveau du crâne qui survient suite à une pression externe prolongée sur la tête de bébé. Le crâne de bébé est très malléable à la naissance en raison de l’absence d’ossification au niveau des sutures, c’est-à-dire des jonctions entre les différents os du crâne. Cette malléabilité persiste quelques mois et commence à diminuer vers le quatrième mois de vie de l’enfant. Il est donc important de profiter de cette période pour effectuer les traitements nécessaires à la diminution de l’aplatissement. La plagiocéphalie peut entraîner des retards au niveau du développement moteur global de l’enfant dans ses premiers mois de vie. Il est donc important de s’en préoccuper. Ainsi, plus un enfant est évalué rapidement à la naissance, moins la plagiocéphalie aura d’impacts.

QUELLES SONT LES CAUSES POSSIBLES DE LA PLAGIOCÉPHALIE?

• La position intra-utérine; c’est-à-dire la position dans laquelle était bébé à l’intérieur de l’utérus (manque d’espace)

• La diminution de la mobilité cervicale peut faire en sorte que bébé garde toujours sa tête dans la même position

• La diminution de la mobilité cervicale peut être causée, par exemple, par la position intra-utérine, par l’utilisation de forceps ou de la ventouse lors de l’accouchement

• Positionner bébé toujours sur le dos

QUELS SONT LES SIGNES À OBSERVER QUI POURRAIENT INDIQUER LA NÉCESSITÉ D’UNE CONSULTATION EN CHIROPRATIQUE POUR MON NOUVEAU-NÉ ?

• Bébé a une préférence à maintenir sa tête toujours à gauche ou à droite

• Bébé ne peut relever sa tête et se pousser avec ses avant-bras vers l’âge de trois mois

DE QUELLE FAÇON LA CHIROPRATIQUE PEUT-ELLE AIDER À PRÉVENIR OU DIMINUER LA PLAGIOCÉPHALIE?

Par des manipulations adaptées aux enfants, les soins chiropratiques permettent de :

• Rétablir la mobilité cervicale

• Assouplir la musculature cervicale

• Conseiller les parents sur différents exercices à faire avec bébé afin de favoriser son développement moteur

Un suivi régulier chez le docteur en chiropratique permet d’identifier les sources possibles de dysfonctions vertébrales et ainsi contribue à prévenir l’apparition de problèmes futurs. En plus des ajustements chiropratiques, les soins peuvent inclure des recommandations pour un style de vie sain comme des façons d’améliorer la posture de votre enfant, des conseils sur le port du sac à dos et des exercices.

Une bonne hygiène vertébrale est la clé d’une santé optimale.

Source: Association des chiropraticiens du Québec

La massothérapie et les troubles anxieux

Massage sur table

par Amélie Béland, massothérapeute certifiée

De nos jours, il est connu qu’il y a beaucoup de personnes qui sont atteintes de troubles d’anxiété. Il est parfois difficile d’en déceler les signes parmi les membres de notre entourage ou même envers soi.  Il faut savoir reconnaitre ces signes et symptômes et utiliser les outils adéquats pour s‘aider ou aider notre entourage.

Signes et symptômes

Les gens qui sont atteints de troubles d’anxiété sont toujours dans leur tête, ils vivent constamment dans la peur et ils sont très vulnérables. Pour ces personnes, le niveau de stress est assez élevé. Si on ne prend pas le temps de bien se reposer et de reconnaitre les signes et symptômes, ces derniers pourraient augmenter et il sera difficile d’avoir une vie saine.

Notre corps nous envoie beaucoup de signes dans la vie avant que notre santé physique et psychologique se détériore. Il est très important d’être à l’affut de ces signes et de bien prendre soin de notre corps et de se reposer.

Apprendre à relaxer

Le massage peut grandement aider à faire relaxer la personne, à calmer ses peurs. Elle se sentira ainsi moins vulnérable face aux autres. Après plusieurs séances, nous pouvons constater des changements au niveau de son stress et de son anxiété. Nous pouvons observer que les yeux ont l’air plus vivants et que la posture de la personne change ainsi que sa vision de la vie. Le massage va grandement aider à son énergie et la motivation à des nouvelles expériences. Le massage réduira les tensions musculaires et mènera à une détente absolue.

Venez consulter une de nos massothérapeutes certifiées pour vous aider à relaxer.

RÉFÉRENCE

Fédération québécoise des massothérapeutes agréés