Noeuds musculaires

Vous avez probablement ressenti à un moment ou à un autre de votre vie la douleur et la sensibilité provoquées par un nœud musculaire. Les recherches ont démontré que les nœuds musculaires toucheraient jusqu’à 85 pour cent de la population. Ils nuisent à la mobilité, causent de la douleur et peuvent réduire la qualité de vie1.

Qu’est-ce que les nœuds musculaires?

Les nœuds musculaires se forment généralement dans le dos, les épaules ainsi que dans le cou. Ces rubans musculaires raides présentent un nodule en leur centre que l’on nomme « point gâchette ». La douleur peut apparaître spontanément (douleur active) ou lorsque l’on appuie sur le point gâchette (douleur latente)3. Dans tous les cas, les nœuds musculaires provoquent une douleur qui s’étend au-delà du point gâchette jusqu’aux muscles adjacents.

Quelle est la cause des nœuds musculaires?

Les nœuds musculaires, aussi appelés points gâchettes myofasciaux, constituent un mal complexe dont les causes possibles sont des plus diverses. Il reste encore bien des recherches à mener sur le sujet, mais les meilleures données probantes disponibles révèlent que les nœuds musculaires sont le résultat d’une surutilisation2, comme par exemple, le fait de soulever des charges lourdes ou d’effectuer des mouvements répétitifs. Parmi les autres causes, on retrouve entre autres:

  • le stress psychologique1
  • une mauvaise ergonomie1
  • une mauvaise posture1
  • la fatigue1
  • la déshydratation4
  • les habitudes alimentaires malsaines4
  • les troubles du sommeil5
  • les problèmes articulaires5

« Les fibres musculaires sont faites pour bouger; elles doivent se contracter, se détendre, s’allonger et se replier », explique le Dr Adrian Chow, DC. Lorsque nous passons toute la journée à l’ordinateur sans bouger ou presque, nos fibres musculaires se collent peu à peu les unes aux autres, formant ainsi un nœud. Une mauvaise posture exerce également un stress sur nos muscles, qui, avec le temps, peut provoquer la formation de tissu cicatriciel. »

Quels sont les symptômes des nœuds musculaires?

La douleur est le premier symptôme des nœuds musculaires. Cependant, comme chacun la ressent différemment, vos symptômes peuvent être différents de ceux d’une autre personne. Cependant, la plupart des gens s’entendent pour dire que les nœuds musculaires paraissent enflés, tendus ou bosselés au toucher, et qu’ils provoquent une sensation de douleur4.

Selon l’endroit où se trouve le nœud musculaire, celui-ci peut causer des douleurs dans d’autres régions du corps qui semblent n’avoir aucun lien apparent. Par exemple, un nœud musculaire dans le cou peut entraîner une douleur à la base du crâne, provoquant ainsi une céphalée de tension4.

Quelles personnes sont les plus vulnérables?

Très peu de personnes vivent leur vie sans jamais connaître un nœud musculaire. Quatre-vingt-dix-sept pour cent des personnes souffrant de douleurs chroniques ont des points gâchettes.  Et ce taux grimpe à 100 pour cent chez les personnes souffrant de douleur cervicale6,7,8. Il existe toutefois certains facteurs de risque qui augmentent la probabilité de développer des nœuds musculaires. Ceux-ci comprennent :

  • le vieillissement1
  • la maladie1
  • le stress1
  • la fibromyalgie6

Comment diagnostiquer les nœuds musculaires?

Le diagnostic d’un nœud musculaire nécessite un examen physique effectué par un professionnel expérimenté, comme un chiropraticien. Ce dernier examinera la région douloureuse à la recherche d’un ruban musculaire tendu et d’un nodule sensible au toucher, et il évaluera la réaction du patient à la palpation6.

Comment traiter les nœuds musculaires?

Une fois le diagnostic établi, il faut déterminer comment traiter le nœud musculaire qui se trouve dans votre dos, votre cou ou vos épaules. Il existe plusieurs options, mais les plus courantes sont les suivantes :

Quelle que soit l’option retenue, l’objectif principal est de relâcher le point gâchette afin de réduire la douleur et d’améliorer la mobilité1 en déliant les tissus comprimés et en apaisant l’inflammation nerveuse4.

Comment prévenir la formation de nœuds musculaires4?

Les nœuds musculaires sont causés notamment par une surutilisation, par le stress, par une mauvaise posture ou par la fatigue. Vous pouvez donc réduire les risques de souffrir d’un nœud musculaire en prenant suffisamment de repos et en adoptant une bonne posture ainsi que de saines habitudes de vie. Voici quelques conseils :

  • Améliorez votre posture en vous asseyant dans une position détendue, les épaules abaissées et vers l’arrière. Tâchez d’arrondir le dos le moins possible.
  • Trouvez des occasions de prendre des pauses pendant la journée et intégrez l’exercice à votre routine.
  • N’exagérez rien lorsqu’il vous faut soulever des charges lourdes. Demandez de l’aide, allez-y lentement ou déplacez seulement quelques objets à la fois.
  • Si votre travail vous oblige à rester assis la majeure partie de la journée, faites régulièrement des pauses pour vous étirer et éviter que vos muscles deviennent trop tendus.

Peut-on traiter les nœuds musculaires à la maison?

Même si nous vous recommandons de consulter un spécialiste de la colonne vertébrale, des muscles et du système nerveux, vous pouvez masser vous-même les muscles endoloris dans certains cas. Essayez cette technique simple4 :

  • Localisez le nœud dans votre muscle puis, en utilisant vos doigts, massez-le doucement.
  • Tâchez surtout de libérer la tension en appuyant fermement sur le nœud tout en faisant de petits mouvements circulaires.
  • Si vous éprouvez de la difficulté à atteindre le nœud musculaire dans votre dos, votre cou ou vos épaules, essayez d’appliquer la pression à l’aide d’une balle de tennis ou d’un rouleau de mousse. Soulagez la tension en faisant un mouvement de va-et-vient lent et doux.

Les nœuds musculaires sont douloureux et frustrants, peu importe la région du corps où ils se trouvent. Maintenant que vous en savez plus à leur sujet – ainsi que sur les causes et les traitements –, nous espérons que vous trouverez le soulagement qui vous permettra de profiter à nouveau de vos activités quotidiennes.

Références:

Association Chiropratique Canadienne: noeuds musculaires (tout ce qu’il faut savoir et des conseils pour soulager la douleur)

1 Jafri, M Saleet. « Mechanisms of Myofascial Pain », International scholarly research notices, vol. 2014 (2014): 523924. doi:10.1155/2014/523924.

2 Bron, Carel et Jan D Dommerholt. « Etiology of myofascial trigger points », Current pain and headache reports, vol. 16,5 (2012): 439-44. doi:10.1007/s11916-012-0289-4.

3 Shah, Jay P et al. « Myofascial Trigger Points Then and Now: A Historical and Scientific Perspective », PM & R : the journal of injury, function, and rehabilitation, vol. 7,7 (2015): 746-761. doi:10.1016/j.pmrj.2015.01.024.

4 Cronkleton, E. (G. Minnis DPT, Ed.). « How to Treat and Prevent Muscle Knots » dans Healthline [en ligne], 19 octobre 2017. https://www.healthline.com/health/muscle-knots (Consulté le 21 mai 2019)

5 Alvarez, DJ et Rockwell, PG. « Trigger points: diagnosis and management », Am Fam Physician, 2002, 65: 653-660.

6 Bablis, Peter et al. « Neuro Emotional Technique for the Treatment of Trigger Point Sensitivity in Chronic Neck Pain Sufferers: A Controlled Clinical Trial », Chiropractic & Manual Therapies, BioMed Central, 21 mai 2008, chiromt.biomedcentral.com/articles/10.1186/1746-1340-16-4.

Rosomoff HL, Fishbain DA, Goldberg M, Santana R, Rosomoff RS. « Physical findings in patients with chronic intractable benign pain of the neck and/or back », Pain, 1989, 37: 279-287. 10.1016/0304-3959(89)90192-9.

Ester Cerezo-Téllez, María Torres-Lacomba, Orlando Mayoral-del Moral, Beatriz Sánchez-Sánchez, Jan Dommerholt, Carlos Gutiérrez-Ortega. « Prevalence of Myofascial Pain Syndrome in Chronic Non-Specific Neck Pain: A Population-Based Cross-Sectional Descriptive Study », Pain Medicine, vol. 17, n° 12, décembre 2016, p. 2369-2377, https://doi.org/10.1093/pm/pnw114.

EXERCICES EN PISCINE

L’été bat son plein, ce qui signifie que la période de baignade aussi. Il est
donc pertinent de parler des exercices que vous pouvez faire dans l’eau
et de leurs bienfaits!  Voici 8 avantages dont vous pouvez bénéficier en faisant des exercices en piscine.

ARTICULATIONS MOINS SOLLICITÉES

L’eau vous donne une poussée hydrostatique – autrement dit, vous flottez! Cela réduit l’impact sur vos articulations, ce qui fait que lorsque vous nagez ou faites de l’exercice dans l’eau, vous risquez moins de vous blesser.

CHALEUR ÉVACUÉE RAPIDEMENT

L’entraînement peut causer des coups de chaleur, particulièrement en
plein été. En faisant vos exercices dans l’eau, vous évacuez la chaleur
plus rapidement et êtes moins susceptible de « surchauffer ». Si l’eau est
chaude, vous ne pourrez pas tellement vous rafraîchir, mais votre circulation sanguine sera meilleure, ce qui est souhaitable quand on fait de l’exercice.

DEGRÉ DE RÉSISTANCE

Comme vous pratiquez vos mouvements dans l’eau plutôt que dans l’air,
vous travaillez plus fort. Cette résistance est idéale pour développer votre
force globale et votre endurance.

Selon votre vitesse, votre position et votre forme dans l’eau, la résistance à
laquelle vous faites face varie.  Par exemple, plus vos mouvements de nage sont hydrodynamiques, plus vite vous irez et moins la résistance sera grande. En revanche, si vous faites du jogging ou de la course dans l’eau, en particulier si vous avez de l’eau au-dessus de la taille, la résistance sera beaucoup plus importante (ce genre d’exercice est souvent conseillé si vous voulez améliorer votre vitesse de course, votre force et votre endurance sur la terre ferme).

PLUS FACILE AVEC LE TEMPS

Mieux vous maîtrisez les techniques de nage, plus vous glissez efficacement
dans l’eau, ce qui vous permet de dépenser moins d’énergie et d’efforts tout
en allant plus vite. La bonne nouvelle, c’est que plus vous pratiquez et conditionnez votre corps, plus la natation devient facile.

INTÉGRATIONS DE PAUSES

Vous n’avez pas besoin d’interrompre vos exercices dans l’eau pour donner
une pause à votre corps durant un entraînement. Si vous nagez, vous pouvez
ajouter des « mouvements de repos », comme la marinière (nage sur le côté)
ou le dos crawlé, pendant une minute ou deux (ou une longueur ou deux
dans la piscine) jusqu’à ce que vous ayez récupéré.

ADAPTATION GRADUELLE

L’avantage de la natation, c’est que vous pouvez apporter des changements
graduels à votre routine sans grande difficulté. Augmentez simplement le
temps que vous passez à nager, de façon constante, et faites des pauses plus
courtes – ou encore remplacez vos pauses par des mouvements de repos.

SOUPLESSE DES ARTICULATIONS ET RAFFERMISSEMENT DES MUSCLES

Étant donné le faible impact de l’exercice dans l’eau, vos articulations restent
souples. De plus, compte tenu de la résistance qu’offre l’eau, vous gardez vos
muscles bien fermes.

SOUTIEN DU CORPS

Non seulement l’exercice dans l’eau est à faible impact, mais il est excellent
pour le soutien. Votre dos vous dira merci! En effet, vous n’avez pas à vous
soucier du poids qu’exerce votre corps sur votre colonne, ni de votre posture
lorsque vous vous déplacez dans l’eau. Si vous n’êtes pas un adepte de la natation, vous pouvez quand même effectuer des exercices légers dans l’eau :
entraînez-vous à marcher dans la piscine, avec de l’eau jusqu’à la taille, pour
relâcher la pression sur vos articulations et votre dos tout en faisant des
mouvements. Prenez rendez-vous avec votre chiropraticien de confiance afin de connaître les exercices en piscine les plus adaptés à votre situation!

Source:

Association des Chiropraticiens du Québec

Association chiropratique Canadienne

burst.shopify.com

À VOS RAMES!

Avec le beau temps estival, plusieurs adeptes de sports nautiques de rame naviguent sur les lacs et rivières du Québec. Voici donc quelques conseils afin de diminuer le risque de blessures et maximiser votre plaisir.

BIEN SE PRÉPARER POUR BIEN S’AMUSER

Comme c’est le cas pour toutes les activités physiques, il faut se rappeler que l’adaptation de votre corps aux exigences des sports de rame nécessite un certain temps. La meilleure façon de prévenir les blessures est de faire des efforts de courte durée et de faible intensité, entrecoupés de périodes de repos fréquentes. Comptez de 6 à 10 sorties avant que votre dos, vos jambes et vos épaules soient mieux adaptés aux exigences de votre sport.

Laissez glisser l’embarcation le plus longtemps possible entre chaque coup de pagaie. De plus, recherchez un mouvement rythmé qui permettra à votre embarcation de se déplacer avec le moins d’effort possible. Que ce soit en bateau dragon, en canoë-kayak, en aviron, ou sur la populaire planche «stand up», l’efficacité optimale du coup de pagaie nécessite non seulement l’activation des muscles des épaules et des bras, mais doit aussi inclure une poussée des jambes et une rotation du tronc.

LA RAME, PAS JUSTE UN TRAVAIL DE BRAS

Cela permet l’utilisation des muscles du dos et des abdominaux.
L’objectif est de mettre à contribution la plus grande masse musculaire possible. Le tout doit se faire en synergie avec un minimum de traction provenant des bras.

LE COUP DE PAGAIE

Lors d’un coup de pagaie, la force développée par le corps n’est pas transmise à un levier fixe comme c’est le cas sur la pédale d’un vélo. C’est-à-dire que dans l’eau, la pagaie est libre de se mouvoir de mille et une façons. Par conséquent, le coup de pagaie est considéré comme un mouvement complexe. Donc, afin de diminuer la fréquence des courbatures, tenter d’obtenir quelques conseils techniques auprès d’un entraîneur certifié. Cela vous fera progresser plus rapidement.

PRÉVENIR LES BLESSURES

Lors de longue randonnée et malgré une technique optimale, l’apparition de douleur au dos, au-dessus et sur le côté des épaules, est normale.  Effectuez quelques exercices d’assouplissement efficaces pour prévenir et contrôler les inconforts reliés aux mouvements impliqués dans la pratique des sports de rame et de pagaie. Demandez-en le détail à votre chiropraticien, il pourra vous conseiller.

L’APPORT CHIROPRATIQUE

Donc, si vous expérimentez une douleur ou l’inconfort qui persiste au-delà de quelques jours, n’hésitez pas à consulter votre docteur en chiropratique. Quelques séances de thérapies musculaires, combinées à des ajustements chiropratiques sont habituellement suffisantes pour régler le problème rapidement.

N’oubliez pas que sur l’eau, un accident est vite arrivé.  De plus, le port d’une veste de flottaison adaptée à votre morphologie peut vous sauver la vie. Une fois à l’eau, il est trop tard pour y penser!

SAVIEZ-VOUS QUE?

Le mot «chiropratique» provient du grec et signifie «fait avec les mains». Le docteur en chiropratique est un professionnel de la santé de premier contact.  Vous pouvez donc le consulter sans être recommandé, à part les cas de CNESST et SAAQ.

De par sa formation universitaire, le chiropraticien possède les compétences nécessaires pour poser un diagnostic chiropratique. Cela lui permet de créer un programme de soins correspondant à votre condition physique, à votre âge et à vos objectifs de santé.  La chiropratique centre sa philosophie, son art et sa science sur le maintien de l’homéostasie (équilibre) du corps humain et sur sa capacité innée de guérison naturelle. Elle ne se concentre pas uniquement sur les symptômes ou la douleur. Elle cherche plutôt à identifier et à soigner la cause du problème.

Source: Association des Chiropraticiens du Québec

Source photo: https://burst.shopify.com/photos/red-kayak?q=kayak

Avec la collaboration spéciale du Conseil Chiropratique des Sciences du Sport du Québec | ccssq.ca
Association des chiropraticiens du Québec chiropratique.com| facebook.com/AssoDesChirosQc | twitter.com/AssoChiroQc | blogue.chiroprati

BIENVENUE À ESTELLE REMY, KINÉSIOLOGUE

L’équipe de la Clinique Virage Santé est heureuse d’accueillir Mme Estelle Remy, kinésiologue, au sein de son équipe. Graduée du programme de maitrise en kinésiologie de l’Université de Montréal, Mme Remy nous apporte son dynamisme et sa passion de l’exercice pour aider les patients à atteindre une santé optimale. Son expertise en réadaptation est un atout important qui complémente bien les traitements des autres professionnelles de la santé de l’équipe.

Nous la laissons donc se présenter :

Estelle Remy, kinésiologue

Originaire de France, j’arrive au Québec en 2012 dans le but d’y étudier la biologie. Je me rends vite compte que ce n’est pas la biologie animale qui m’intéresse, mais bien la biologie humaine. Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours pratiqué des sports, qu’ils soient collectifs ou individuels.

Lors de la ma réorientation à la fin de ma première année universitaire, j’ai trouvé en la kinésiologie la parfaite combinaison entre deux sujets qui m’intéressent énormément, la biologie humaine et l’activité physique.

Dès mes premiers cours de kinésiologie, j’ai su que c’était ça que je voulais faire dans la vie. C’est en 2eannée lors de mon premier stage à la clinique de l’université que j’ai découvert un intérêt grandissant pour le milieu de la santé ainsi que pour l’utilisation de l’activité physique orienté vers la réadaptation. J’ai vu alors l’énorme potentiel que pouvait avoir la kinésiologie clinique sur le bien-être des patients.

Une maitrise en kinésiologue

Par la suite j’ai effectué deux stages à la clinique de l’université surtout orientée vers la douleur chronique et les problèmes de dos. À la fin de mon baccalauréat, je voulais approfondir mes connaissances. C’est pourquoi,  j’ai décidé de poursuivre mes études et de faire la maitrise professionnelle en kinésiologie. La maitrise allait me permettre d’acquérir plus d’expériences sur le terrain grâce à mes stages.

Mes stages de maîtrise et mon premier emploi en tant que kinésiologue m’ont permis de développer ma créativité avec les différents cours que j’ai eu l’occasion de donner. Parmi ces cours, ceux qui m’ont le plus interpellé sont ceux de Pilates. Je trouve que c’est un excellent moyen d’améliorer son endurance musculaire tout en respectant les limitations que chacun pourrait avoir.

Mon but en tant que kinésiologue est d’intégrer l’activité physique dans le quotidien de mes patients peu importe leur condition. Je voudrais que chacun développe des habitudes de vie plus saines afin d’atteindre une santé optimale.

StickStretching

Session de cours de StickStretching

En 2019, la Clinique Virage Santé vous offre deux plages horaires pour venir faire du StickStretching avec elle.

Le Stick Stretching, aussi appelé Stick Yoga, fut développé par le Dr Arthur Faygenholtz, chiropraticien à Santa Cruz. Initialement, Dr Faygenholtz, cherchant une façon d’aider ses patients à mobilité réduite à s’étirer et améliorer leur force et flexibilité, eut l’idée d’utiliser un bâton comme aide. Adepte de yoga et de tai-chi, il développa une série de mouvements et de poses avec le bâton permettant un soutien et un étirement supplémentaire qui ne seraient pas possibles sans ce dernier.

Le Stick Stretching utilise donc un bâton pour créer un étirement dynamique et efficace en vue d’améliorer la flexibilité, l’équilibre, la force, la coordination et la conscience du corps et de sa posture. Il réduit le stress et la tension et améliore l’énergie.

Inscriptions

Quand ? Mercredi 13h30 ou Jeudi 17h30

À compter du 9 janvier 2019 (jusqu’au 28 février)

Où ? Clinique Virage Santé

Coût ? 75$ pour session de 8 cours ou 12$ par cours

Instructeur : Natalie Massé