Session de cours virtuels

La pandémie a changé plusieurs de nos habitudes de vie. Cependant, bouger reste un besoin essentiel pour le corps et l’esprit. C’est pourquoi nous vous offrons la possibilité de bouger dans le confort de votre salon ou de votre jardin. Notre kinésiologue, Estelle Remy, vous a préparé 2 sessions de cours virtuels. Se sont des sessions de 4 semaines. Celle du mois de juin commençant le 1er juin. Vous pouvez aussi vous inscrire à la pièce si vous voulez essayer un cours ou l’autre.

 

Session de juin

Session de juillet

Vous êtes là pour nous, on a des #chirotrucs pour vous!

Cette semaine est la Semaine de la santé neurovertébrale. Du 4 au 8 mai 2020, la campagne « Vous êtes là pour nous, on a des #chirotrucs pour vous» battra son plein. Même si la COVID-19 a chamboulé la vie de tous, nous devons continué à prendre soin de notre santé neurovertébrale.

Dans le contexte actuel de pandémie de la COVID-19, le nombre d’heures de travail s’est accru considérablement pour certains métiers qui desservent des secteurs essentiels. Pour plusieurs, se sont aussi des conditions de travail qui ont changées. Certains métiers comme caissiers et caissières, couturiers et couturières, infirmiers et infirmières  doivent de plus composer avec des défis au niveau de l’ergonomie de leur poste de travail. Ajoutons à cela le stress et la fatigue, le risque de blessures et de douleurs est alors bien réel.

C’est dans cet esprit et en solidarité avec tous ces travailleurs des secteurs essentiels que l’Association des Chiropraticiens du Québec a publié plusieurs #chirotrucs afin d’aider à la prévention des blessures.

Les chiropraticiens font partie des services essentiels et dans le contexte actuel, ils sont assujettis à des protocoles sanitaires rigoureux leur permettant de recevoir les cas urgents seulement. Même si les contraintes de distanciation sociale nous empêchent de travailler normalement, nous demeurons disponibles pour vous donner des conseils de prévention de base. Ces conseils, si bien observés, vous aideront à préserver votre dos avant d’expérimenter des douleurs aiguës.

#Chirotrucs

Pour les commis d’épicerie : Mal partout après les quarts de travail debout ? Prévenez l’apparition des courbatures grâce à ces #chirotrucs :
http://blogue.chiropratique.com/covid-19-travail-de-commis-depicerie/

Pour les couturiers/couturières : Submergé.e dans la couture, vous souffrez de courbatures ? Remédiez à la situation en adoptant ces #chirotrucs:
http://blogue.chiropratique.com/covid-19-adopter-bonne-posture-couture/

Pour le personnel de soins infirmiers : Impossible de quitter après votre quart de travail régulier car des patients ont besoin de vous ? Limitez le risque de blessures avec les conseils suivants : http://blogue.chiropratique.com/covid-19-20-chirotrucs-prevenir-blessures-infirmiers-preposes/

Pour les livreurs et camionneurs : Les heures passées à livrer des denrées essentielles se multiplient? Diminuez les risques de douleurs en incluant ces #chirotrucs à votre quotidien : http://blogue.chiropratique.com/covid-19-prevenir-maux-dus-travail-de-camionneur/

Pour les employés de service de garde : Difficile de veiller à votre propre santé lorsque vous travaillez avec les tout-petits? Intégrez les conseils suivants à votre quotidien pour conserver une santé neurovertébrale optimale : http://blogue.chiropratique.com/covid-19-travail-service-de-garde/

Pour les travailleurs agricoles : La cueillette maraîchère n’est pas de tout repos pour vos articulations ? Prenez les précautions nécessaires pour diminuer les risques de blessures : http://blogue.chiropratique.com/covid-19-travailleurs-agricoles/

Pour les gens qui font du télétravail: Vous travaillez dans l’ombre depuis votre domicile ? Prenez le temps de bien vous installer pour éviter les douleurs au cou, épaules et dos : http://blogue.chiropratique.com/bien-ajuster-poste-de-travail-a-maison/

Dégager les tensions par l’auto-massage

Massage thérapeutique à la Clinique Virage Santé

par Rosalie Payette, massothérapeute agréée

Pour plusieurs, le confinement à la maison dû au Covid-19 signifie l’arrêt temporaire de traitement régulier avec leur thérapeute. C’est pour vous aider à soulager quelques tensions musculaires que la fédération québécoise des massothérapeutes a préparé quelques vidéos d’auto-massage. Vous pourrez ainsi les reproduire à la maison. Ces vidéos vous aideront à patienter avant de retrouver vos massages quotidiens avec vos massothérapeutes.

Vidéo

Voici donc une première capsule sur l’auto-massage de la tête, de la nuque et des trapèzes.

Auto-massage de la tête, de la nuque et des trapèzes

Bon massage!

Téléconsultations et Cours virtuels

Avec la nature qui se réveille, le déconfinement a commencé tranquillement. Les gens retournent graduellement au travail, les enfants recommencent l’école primaire. Nous aurons malgré tout à continuer à respecter les consignes de distanciation sociale, et ce, pour encore quelques semaines. C’est dans cette optique que la Clinique Virage Santé a mis sur pied un service de téléconsultations et des cours d’étirements, de circuit et de Pilates virtuels. Ce sont de nouveaux outils qui feront désormais partie de notre paysage. Les voici donc :

Téléconsultations en chiropratique et en kinésiologue

En quoi cela consiste-t-il? Comme la majorité des cliniques, nous avons réduit nos activités aux urgences. Cependant, vous avez peut-être des inquiétudes, des questions sur un problème de santé neuro-musculo-squelettique. Ou encore, vous aimeriez avoir des conseils, exercices, posture qui pourraient aider votre condition en attendant de pouvoir avoir un rendez-vous en vis-à-vis avec votre chiropraticienne ou votre kinésiologue. Il est maintenant possible de prendre rendez-vous avec votre praticienne pour qu’elle vous guide dans vos objectifs de santé.

Les téléconsultations sont des « soins de santé, où la distance est un facteur critique, par tous les professionnels de la santé utilisant les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour l’échange d’informations valides pour le diagnostic, traitement et prévention des maladies et blessures, …, et ce dans l’intérêt de promouvoir la santé des individus et de leur communauté. »1 Les TIC incluent : téléphones, internet, cellulaires, vidéoconférences et réalité virtuelle.

Téléconsultations chiropratiques

Les conditions musculosquelettiques sont la principale cause d’invalidité globalement.2 Les évidences suggèrent que les téléconsultations en temps réel (vidéoconférence) et les interventions téléphoniques sont efficaces pour améliorer la douleur et la fonctions chez des individus ayant des conditions vertébrales, de l’arthrose et autres conditions musculosquelettiques.3,4,5,6,7 Les patients et les praticiens ont démontré de la satisfaction avec la commodité, l’utilité et les bénéfices perçus de la téléconsultation7.

Grâce à leur formation et expérience, et grâce aux données probantes à l’intérieur de leur champ de compétence, les chiropraticiens peuvent avoir un impact positif sur la santé des gens même en l’absence d’évaluation pratique ou de thérapie manuelle. Que ce soit pour éliminer les pathologies sérieuses, réassurer, aider à la gestion du stress, éduquer, prescrire des exercices, effectuer des suivis et modifications de comportement et/ou établir des stratégies d’autogestion. Ce sont toutes des procédures essentielles de première ligne et du traitement des conditions neuromusculosquelettiques. 10-13

Ce dont les patients auront besoin sont :

  • une communication internet et un appareil informatique (cellulaire, tablette, portable ou ordinateur)
  • des vêtements confortables permettant de bouger facilement et permettant une inspection visuelle de base
  • de l’espace si des exercices sont prescrits.

Téléconsultations kinésiologie

Du côté de la kinésiologue, la rencontre sera un peu plus active. Vous aurez donc besoin de vêtements confortables qui vous permettront de bouger. Que ce soit pour une nouvelle évaluation ou pour un suivi, Estelle Remy vous recevra virtuellement.

Cours virtuels d’étirements, de circuit et de Pilates

Ces cours, très similaires de ceux donnés à la Clinique, sont maintenant offerts dans le confort de votre salon. Vous venez de terminer votre journée de télétravail? Quoi de mieux que de faire quelques étirements pendant que le souper réchauffe tranquillement sur la cuisinière.

Pour vos questions ou inscriptions, n’hésitez pas à nous laisser un message sur notre boîte vocale. (450) 349-6611

Références

Association chiropratique Canadienne : Chiropractic telehealth visits during the COVID-19 pandemic

 

Nouvel An et résolutions

Janvier est souvent synonyme de nouveau départ, de résolutions du Nouvel An. Parmi ces résolutions, une de celles que l’on entend souvent est: « Cette année, je prends soin de moi ! ». Cependant, pour qu’elles soient suivies, les résolutions doivent être spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et tangibles (SMART).

Bouger, faire de l’exercice

Ainsi, si prendre soin de soi veut dire faire de l’exercice, il serait bon de qualifier et quantifier cet exercice. Parmi les questions que nous devrions poser, en voici quelques-unes. « Est-ce que je veux aller au gym ? Avec qui ? Suis-je bon pour me motiver seul ? Est-ce que je serais mieux avec un cours quelconque ? Y a-t-il plus de chance si je suis dans une équipe sportive ou un club ? Ai-je besoin d’un suivi personnalisé  ? »

séance avec la kinésiologue

 

 

 

 

 

 

 

Aller prendre une marche tous les jours de 30 min est une bonne façon de commencer si vous n’avez pas fait d’exercice depuis un certain temps. S’étirer pour garder la flexibilité fait aussi partie d’un bon régime de vie. Les recommandations canadiennes sont de 150 min par semaine d’activité d’intensité moyenne à élevée. Ce qui veut dire que vous devriez avoir chaud et/ou être légèrement essoufflé.

Manger mieux

Une autre façon de prendre soin de soi peut être de manger mieux. Mais qu’est-ce que ça veut dire exactement ? Peut-être que j’ai besoin de comparer mon alimentation avec le Guide Alimentaire Canadien. Est-ce que j’ai assez de légumes et fruits ? Est-ce que je mange trop de sucreries ou fast-food ? Quels sont les moyens pour m’aider à suivre mes résolutions ? Faire le ménage du garde-manger pourrait être une bonne place afin d’éliminer les tentations. Établir une liste d’épicerie et un menu sont d’autres moyens. Enfin, est-ce que j’ai besoin de rencontrer une nutritionniste ou de suivre un cours de cuisine ? Il existe plusieurs outils pour apprendre des trucs comment bien manger même avec un horaire chargé.

Manger mieux peut aussi être simplement prendre le temps de s’asseoir à la table pour les repas. De plus, prendre le temps de prendre conscience de ce que l’on mange permet de faire des meilleurs choix.

Relaxer et respirer

La respiration et la relaxation sont essentielles pour diminuer l’inflammation et ré-équilibrer le système nerveux autonome. Une des grandes problématiques d’aujourd’hui est le taux de cortisol des gens trop élevé dû à la multitude de stress de la vie moderne. Notre système nerveux est en mode sympathique (phénomène « fight or flight »), ce qui cause de l’inflammation et ainsi que toute une panoplie de problématiques. Respirer de façon consciente en visualisant une émotion positive ou simplement un calme au niveau du cœur apportera une cohérence cardiaque qui permettra un meilleur équilibre entre le parasympathique et le sympathique.

Un truc peut être de mettre une alerte toutes les heures sur l’ordinateur ou le téléphone nous rappelant de prendre 5 grandes inspirations et expirations lentes et profondes.

Le yoga, le tai-chi, la méditation sont autant d’autres outils pour relaxer, respirer et rebalancer le système nerveux.

Une autre façon de relaxer est de prendre rendez-vous régulièrement chez votre massothérapeute. Planifier les rendez-vous à l’avance permet d’éviter que le temps passe sans l’avoir vu et sans avoir pris le temps de prendre soin de soi.

Être à l’écoute de son corps et l’entretenir régulièrement.

Nous prenons souvent mieux soin de nos voitures et nos animaux que de nous-mêmes. Pourtant, la vie est bien plus belle avec la santé et un corps qui fonctionne optimalement. Avoir un suivi de maintien avec sa chiropraticienne, son acupuncteure, et/ou sa massothérapeute est une bonne stratégie pour prévenir les blessures et les douleurs.

En terminant, l’équipe de la Clinique Virage Santé vous souhaite paix, amour, bonheur et santé pour cette nouvelle année. Que vos résolutions ne soient pas seulement une belle pensée mais une action concrète qui deviendra intégrée à un mode de vie.

DÉTOXIFIER SA ROUTINE DE SOINS CORPORELS

Par Cecilia Fernandez, acupuncteure

Une partie de notre routine de soins corporels consiste à utiliser différents types de produits pour nous laver, nous embellir et nous désinfecter. Nous obtenons ainsi une sensation de fraîcheur et de confiance nous permettant d’aller à la rencontre des autres. De plus, nous évitons que des bactéries néfastes s’installent en tout confort dans notre corps pouvant donner lieu à des problèmes de santé tels que rhume, carie, gingivite, intoxication par escherichia.coli pour n’en nommer seulement quelques-uns.  Mais, est-ce que vous savez ce que vous introduisez dans votre corps à travers votre peau et votre bouche par ces petits gestes quotidiens?

LE SYSTÈME DE DIFFUSION DE LA PEAU

La peau a une double fonction. Tout d’abord, elle nous protège de l’environnement en créant une barrière contre les éléments externes. Toutefois, cette barrière étant semi-perméable, elle peut absorber certains produits entrant en contact avec elle. Depuis des milliers d’années, les gens s’appliquent des huiles, crèmes, onguents pour des raisons de beauté, mais aussi pour des raisons médicales et ça continue d’évoluer. Les produits qui sont absorbés naturellement par la peau seraient classés dans la première génération de produits de diffusion car nous n’avons pas besoin d’augmenter la perméabilité de la peau pour qu’ils pénètrent1.

Cependant pour la deuxième et troisième génération de diffusion1, l’industrie pharmaceutique cherche de plus en plus des mécanismes pour augmenter la perméabilité de la peau aux molécules hydrophiles, macromolécules ou vaccins. Un exemple est l’utilisation de cette voie pour la prise de médicaments, ce qui présente plusieurs avantages.

L’industrie cosmétique utilise aussi des substances pour que leurs produits pénètrent mieux, par exemple les glycols et en particulier le propylène glycol, le butylène glycol et le polyéthylène glycol. Ils permettent une absorption rapide par la peau et libèrent d’autres ingrédients dans le derme (couche plus profonde de la peau) 2.

Le problème survient lorsqu’on utilise des substances qui sont suspectées ou reconnues être des précurseurs de cancer, disrupteurs endocriniens et autres, pour augmenter la diffusion de la peau.

L’INGESTION DE TOXINES

On ne parle pas ici des produits toxiques évidents comme herbes toxiques ou aliments en décomposition ou mal préparées/emballés qui sont une source évidente de toxicité. Parlons plutôt des produits que l’on pense sécuritaires, comme la pâte à dents et le rince-bouche étant donné qu’on ne les avale pas. En fait, un enfant de 2-3 ans peux avaler jusqu’à la moitié du dentifrice avec lequel on lui lave les dents et à 6-7 ans, c’est près d’un quart du dentifrice3. Pour les adultes, le pourcentage estimé de dentifrice avalé sans faire exprès dans une étude Hollandaise de personnes entre 7-69 ans est de 0.55 μg/kg masse corporelle/jour4.

DEUX FAÇONS POSSIBLES DE DÉTOXIFIER SON ORGANISME

La première bien sûr est d’éliminer les toxines, mais ceci est un processus pas mal complexe. Plusieurs toxines sont dans notre corps depuis des années et sont emmagasinés dans nos tissus gras, notre gros intestin, les amalgames des dents, et plein d’autres endroits où ce n’est pas évident ou facile de les déloger pour ensuite les éliminer. Bien sûr, on peut essayer. Cependant, quand on y pense, c’est plus facile de bien choisir nos produits avant qu’ils ne pénètrent dans notre corps. De la même façon que nous avons intérêt à essayer de manger bio, frais, local, sans additifs, ni pesticides etc…, notre routine quotidienne devrait être, elle aussi, remplie de bon produits qui ne nous intoxiquent pas.

En 2010, la Fondation David Suzuki a fait un sondage pour savoir quels produits toxiques se retrouvaient dans les cosmétiques au Canada et les résultats sont plutôt inquiétants5. Cela a mis en évidence la faiblesse du cadre législatif pour éviter l’utilisation de certains produits toxiques, et les a amené à faire des recommandations pour renforcer les lois et protéger la santé humaine et l’environnement5.

QU’EST-CE QU’IL FAUT ÉVITER ET POURQUOI?

Il faut surtout éviter les « dirty dozen6 ». Mais en réalité, la liste pourrait facilement aller jusqu’à 207. La raison est qu’il s’agit de substances fortement suspectées d’être des  cancérogènes, pesticides, perturbateurs du système reproducteur, perturbateurs hormonaux et  du système immunologique.

Ceci rend très important le fait de lire les étiquettes des produits que l’on consomme (aliments, produits de nettoyage de la maison et soins personnels)!

Nommons les 12 principaux, « dirty dozen» :

La « Dirty Dozen » des produits à éviter autant que possible.

EST-CE QUE VOUS POUVEZ SIMPLIFIER TOUT ÇA? (IL Y A TROP DE NOMS CHIMIQUES!!!)

Oui.  Vous êtes à la pharmacie et vous vous demandez si la pâte à dents ou le fard à joues que vous voulez acheter est plein d’ingrédients douteux…? Vous sortez alors votre téléphone et allez sur l’application EWG’s Healthy Living (du Environmental Working Group) ou sur l’application Think Dirty (que vous aurez préalablement installé). Supposons que vous avez pris Healthy Living. Vous pouvez essayer de scanner la barre à codes du produit pour connaître les composantes et le classement du produit. Il sera noté selon s’il est dangereux ou non : 1 à 2 s’il n’est pas considéré dangereux; 3-6 pour ceux un peu dangereux et 7-10 pour les dangereux. (Les points sont donnés en fonction de si EWG connait tous les ingrédients du produit et les études scientifiques retrouvées dans la littérature auxquels ils ont accès).

Deux résultats possibles

Deux résultats sont possibles. Le premier, le produit s’affiche et on vous donne toute l’information. Le deuxième, l’application ne trouve pas le produit car ils ne l’ont pas encore dans leur base de données. (Vous pouvez contribuer en envoyant la liste des ingrédients pour qu’ils l’incluent dans leur base de données). Dans le dernier cas, vous pouvez regarder ingrédient par ingrédient. (Notez que les 6 premiers ingrédients sont généralement ceux qui se trouvent en plus grande quantité dans le produit et c’est surtout eux que vous devez rechercher). Si dans les 6 premiers tous sont en dessous de 2, vous avez un assez bon produit entre les mains.

Finalement, si vous n’avez pas un téléphone intelligent, vous pouvez noter les ingrédients (n’oubliez pas la loupe!). Vous pourrez les rechercher à l’aide de l’ordinateur plus tard. De toute évidence, ces bases de données ne sont pas encore parfaites. Il est important de considérer la quantité de nouveaux produits qui inondent le marché. De plus, il est parfois difficile de trouver toute l’information pour la donner au public assez rapidement.

CONCLUSION

Au début on peut se sentir un peu anxieux car les mauvaises substances sont apparemment partout. Le but de cette information est de vous donner le pouvoir de faire des meilleurs choix pour vous et votre famille. Il y a de plus en plus de choix non toxiques, cruelty free, gluten free, véganes (pour les cosmétiques). Vous seriez surpris de savoir qu’il y a des produits non toxiques, ou avec un indice de toxicité bas dans les pharmacies et qui ont un prix abordable7, 9.  Par ailleurs, la possibilité de faire vous-mêmes vos produits existe aussi, si cela vous interesse8.

« La connaissance est la clé du pouvoir, de la sagesse. » Confusius

Pour plus d’inspiration, voici quelques sites web qui peuvent vous donner des idées10, 11,12. Essayez peu à peu de remplacer les produits que vous utilisez par ceux qui sont libres d’ingrédients toxiques.  Bon remplacement!

BIBLIOGRAPHIE

Noeuds musculaires

Vous avez probablement ressenti à un moment ou à un autre de votre vie la douleur et la sensibilité provoquées par un nœud musculaire. Les recherches ont démontré que les nœuds musculaires toucheraient jusqu’à 85 pour cent de la population. Ils nuisent à la mobilité, causent de la douleur et peuvent réduire la qualité de vie1.

Qu’est-ce que les nœuds musculaires?

Les nœuds musculaires se forment généralement dans le dos, les épaules ainsi que dans le cou. Ces rubans musculaires raides présentent un nodule en leur centre que l’on nomme « point gâchette ». La douleur peut apparaître spontanément (douleur active) ou lorsque l’on appuie sur le point gâchette (douleur latente)3. Dans tous les cas, les nœuds musculaires provoquent une douleur qui s’étend au-delà du point gâchette jusqu’aux muscles adjacents.

Quelle est la cause des nœuds musculaires?

Les nœuds musculaires, aussi appelés points gâchettes myofasciaux, constituent un mal complexe dont les causes possibles sont des plus diverses. Il reste encore bien des recherches à mener sur le sujet, mais les meilleures données probantes disponibles révèlent que les nœuds musculaires sont le résultat d’une surutilisation2, comme par exemple, le fait de soulever des charges lourdes ou d’effectuer des mouvements répétitifs. Parmi les autres causes, on retrouve entre autres:

  • le stress psychologique1
  • une mauvaise ergonomie1
  • une mauvaise posture1
  • la fatigue1
  • la déshydratation4
  • les habitudes alimentaires malsaines4
  • les troubles du sommeil5
  • les problèmes articulaires5

« Les fibres musculaires sont faites pour bouger; elles doivent se contracter, se détendre, s’allonger et se replier », explique le Dr Adrian Chow, DC. Lorsque nous passons toute la journée à l’ordinateur sans bouger ou presque, nos fibres musculaires se collent peu à peu les unes aux autres, formant ainsi un nœud. Une mauvaise posture exerce également un stress sur nos muscles, qui, avec le temps, peut provoquer la formation de tissu cicatriciel. »

Quels sont les symptômes des nœuds musculaires?

La douleur est le premier symptôme des nœuds musculaires. Cependant, comme chacun la ressent différemment, vos symptômes peuvent être différents de ceux d’une autre personne. Cependant, la plupart des gens s’entendent pour dire que les nœuds musculaires paraissent enflés, tendus ou bosselés au toucher, et qu’ils provoquent une sensation de douleur4.

Selon l’endroit où se trouve le nœud musculaire, celui-ci peut causer des douleurs dans d’autres régions du corps qui semblent n’avoir aucun lien apparent. Par exemple, un nœud musculaire dans le cou peut entraîner une douleur à la base du crâne, provoquant ainsi une céphalée de tension4.

Quelles personnes sont les plus vulnérables?

Très peu de personnes vivent leur vie sans jamais connaître un nœud musculaire. Quatre-vingt-dix-sept pour cent des personnes souffrant de douleurs chroniques ont des points gâchettes.  Et ce taux grimpe à 100 pour cent chez les personnes souffrant de douleur cervicale6,7,8. Il existe toutefois certains facteurs de risque qui augmentent la probabilité de développer des nœuds musculaires. Ceux-ci comprennent :

  • le vieillissement1
  • la maladie1
  • le stress1
  • la fibromyalgie6

Comment diagnostiquer les nœuds musculaires?

Le diagnostic d’un nœud musculaire nécessite un examen physique effectué par un professionnel expérimenté, comme un chiropraticien. Ce dernier examinera la région douloureuse à la recherche d’un ruban musculaire tendu et d’un nodule sensible au toucher, et il évaluera la réaction du patient à la palpation6.

Comment traiter les nœuds musculaires?

Une fois le diagnostic établi, il faut déterminer comment traiter le nœud musculaire qui se trouve dans votre dos, votre cou ou vos épaules. Il existe plusieurs options, mais les plus courantes sont les suivantes :

Quelle que soit l’option retenue, l’objectif principal est de relâcher le point gâchette afin de réduire la douleur et d’améliorer la mobilité1 en déliant les tissus comprimés et en apaisant l’inflammation nerveuse4.

Comment prévenir la formation de nœuds musculaires4?

Les nœuds musculaires sont causés notamment par une surutilisation, par le stress, par une mauvaise posture ou par la fatigue. Vous pouvez donc réduire les risques de souffrir d’un nœud musculaire en prenant suffisamment de repos et en adoptant une bonne posture ainsi que de saines habitudes de vie. Voici quelques conseils :

  • Améliorez votre posture en vous asseyant dans une position détendue, les épaules abaissées et vers l’arrière. Tâchez d’arrondir le dos le moins possible.
  • Trouvez des occasions de prendre des pauses pendant la journée et intégrez l’exercice à votre routine.
  • N’exagérez rien lorsqu’il vous faut soulever des charges lourdes. Demandez de l’aide, allez-y lentement ou déplacez seulement quelques objets à la fois.
  • Si votre travail vous oblige à rester assis la majeure partie de la journée, faites régulièrement des pauses pour vous étirer et éviter que vos muscles deviennent trop tendus.

Peut-on traiter les nœuds musculaires à la maison?

Même si nous vous recommandons de consulter un spécialiste de la colonne vertébrale, des muscles et du système nerveux, vous pouvez masser vous-même les muscles endoloris dans certains cas. Essayez cette technique simple4 :

  • Localisez le nœud dans votre muscle puis, en utilisant vos doigts, massez-le doucement.
  • Tâchez surtout de libérer la tension en appuyant fermement sur le nœud tout en faisant de petits mouvements circulaires.
  • Si vous éprouvez de la difficulté à atteindre le nœud musculaire dans votre dos, votre cou ou vos épaules, essayez d’appliquer la pression à l’aide d’une balle de tennis ou d’un rouleau de mousse. Soulagez la tension en faisant un mouvement de va-et-vient lent et doux.

Les nœuds musculaires sont douloureux et frustrants, peu importe la région du corps où ils se trouvent. Maintenant que vous en savez plus à leur sujet – ainsi que sur les causes et les traitements –, nous espérons que vous trouverez le soulagement qui vous permettra de profiter à nouveau de vos activités quotidiennes.

Références:

Association Chiropratique Canadienne: noeuds musculaires (tout ce qu’il faut savoir et des conseils pour soulager la douleur)

1 Jafri, M Saleet. « Mechanisms of Myofascial Pain », International scholarly research notices, vol. 2014 (2014): 523924. doi:10.1155/2014/523924.

2 Bron, Carel et Jan D Dommerholt. « Etiology of myofascial trigger points », Current pain and headache reports, vol. 16,5 (2012): 439-44. doi:10.1007/s11916-012-0289-4.

3 Shah, Jay P et al. « Myofascial Trigger Points Then and Now: A Historical and Scientific Perspective », PM & R : the journal of injury, function, and rehabilitation, vol. 7,7 (2015): 746-761. doi:10.1016/j.pmrj.2015.01.024.

4 Cronkleton, E. (G. Minnis DPT, Ed.). « How to Treat and Prevent Muscle Knots » dans Healthline [en ligne], 19 octobre 2017. https://www.healthline.com/health/muscle-knots (Consulté le 21 mai 2019)

5 Alvarez, DJ et Rockwell, PG. « Trigger points: diagnosis and management », Am Fam Physician, 2002, 65: 653-660.

6 Bablis, Peter et al. « Neuro Emotional Technique for the Treatment of Trigger Point Sensitivity in Chronic Neck Pain Sufferers: A Controlled Clinical Trial », Chiropractic & Manual Therapies, BioMed Central, 21 mai 2008, chiromt.biomedcentral.com/articles/10.1186/1746-1340-16-4.

Rosomoff HL, Fishbain DA, Goldberg M, Santana R, Rosomoff RS. « Physical findings in patients with chronic intractable benign pain of the neck and/or back », Pain, 1989, 37: 279-287. 10.1016/0304-3959(89)90192-9.

Ester Cerezo-Téllez, María Torres-Lacomba, Orlando Mayoral-del Moral, Beatriz Sánchez-Sánchez, Jan Dommerholt, Carlos Gutiérrez-Ortega. « Prevalence of Myofascial Pain Syndrome in Chronic Non-Specific Neck Pain: A Population-Based Cross-Sectional Descriptive Study », Pain Medicine, vol. 17, n° 12, décembre 2016, p. 2369-2377, https://doi.org/10.1093/pm/pnw114.

Bonne Année!!

Bonne Année!

Toute l’équipe de la Clinique Virage Santé vous souhaite la Bonne Année!!

Que la Paix, l’Amour et la Santé fassent partie de votre quotidien!!

Portes ouvertes 22 septembre

L’équipe de la Clinique Virage Santé est bien heureuse de vous inviter à venir fêter avec nous samedi le 22 septembre 2018 de 9h à 14h.  🎉

Cette journée de célébration soulignera les 30 ans de pratique de Dre Natalie Massé, chiropraticienne, les 10 ans de service de Dre Rebecca Gamble chiropraticienne et le premier anniversaire d’ouverture de la clinique.

Au programme

* Dépistages par nos thérapeutes
* Massages
* Ateliers et conférences

9h00   Maux et Urgences à soulager par l’acupression

Ethel Zelaya, acupuncture

9h45   Comment utiliser le Rebozo en périnatalité

Marilou Laberge, accompagnante à la naissance

10h30 Alimentation et inflammation –

Dre Natalie Massé, chiropraticienne

11h45 Atelier culinaire

Dre Natalie Massé, chiropraticienne – coût 10$ et inscription requise – places limitées

* Cours en groupe extérieur 

            9h30   StickStretching                        

Kim Bélisle, kinésiologue

            11h00 Entraînement en circuit        

Kim Bélisle, kinésiologue

* Visite de la clinique

* Kiosques de nos collaborateurs


* Maquillage pour enfants
* Pique-nique festif.

(Apportez votre diner et venez partager avec vos thérapeutes -BBQ à votre disposition) 

** Un rabais sur votre prochain traitement vous sera remis lorsqu’un de vos proches prendra rendez-vous lors de cet événement.**

Pour plus d’informations, communiquez avec vos thérapeutes ou à la Clinique directement 450-349-6611

Au grand plaisir de passer du bon temps avec vous ☀

Toute l’équipe de Clinique Virage Santé.

Vous croyez que le yoga n’est pas pour vous?

Par Audrey-Anne Trudel, professeure de yoga

“Je ne suis pas suffisament souple.”

“Je ne suis pas capable de ne penser à rien.”

“Ça a l’air trop facile, j’ai besoin de quelque chose de plus actif.”

“Je ne peux pas bouger, je suis blessée/malade.”

Ce ne sont que quelques exemples d’affirmations que les adeptes et professeures de yoga entendent régulièrement. Elles ont toutes un point en commun: une méconnaissance de ce qu’est réellement le yoga. Cette perception est très certainement influencée par l’image du yoga véhiculée dans les médias occidentaux. Le plus souvent on y voit des postures impressionnantes performées par des athlètes aux corps souples et musclés.

Une discipline variée et complète

Bien au-delà des postures, dans sa définition classique, le yoga est “l’art et la science de la discipline du corps et du mental”1. Avant toute chose, le yoga est une pratique d’étude et de connaissance de soi, de son corps, de son esprit.

Patanjali, sage indien généralement reconnu comme étant la première personne à avoir mis par écrit les enseignements sacrés du yoga, autrefois transmis par voie orale, décline la pratique du yoga en huit membres2, que l’on peut traduire ainsi:

– l’éthique

– la discipline personnelle

– les postures physiques

– l’allongement ou le contrôle du souffle

– le retrait des sens

– la concentration

– la méditation ou contemplation

et finalement,

– l’union ou l’extase

Dans son essence pure, le yoga ne requiert aucun matériel ni aucune prédisposition physique. De plus, il peut être pratiqué dans l’une ou l’autre de ses diverses formes par n’importe qui. Oui, oui, n’importe qui, même vous. 

Différentes pratiques pour différents besoins

De façon générale, les cours de yoga que l’on rencontre en Occident sont des cours de postures physiques. Ces derniers sont parfois ponctués de courtes périodes de méditation et de bribes de sagesse yogique. Il existe une très grande variété de styles de yoga. Vous saurez sans aucun doute trouver la pratique qui vous convient.

Certaines pratiques, notamment de style vinyasa, yoga chaud ou hatha intermédiaire ou avancé, sont plus exigeantes physiquement. Elles sauront plaire à ceux qui recherchent une façon de se dépasser physiquement. D’autres pratiques plus douces existent également. Parmi elles, on retrouve le yoga restaurateur, prénatal, yin, douceur, le yoga thérapeutique ou adapté et la méditation.

La pratique régulière d’un style de yoga adapté à vos besoins saura vous aider à progresser physiquement et mentalement, peu importe votre point de départ. Pour certaines personnes, cela signifiera une meilleure posture, une souplesse accrue, des douleurs dissipées, l’accès graduel à des postures plus avancées. Pour d’autres, cela se traduira par le développement d’un sentiment d’acceptation de soi, faire la paix avec son corps et changer d’attitude mentale par rapport à la douleur et à l’adversité.

Chaque pratique de yoga, qu’il s’agisse d’une séance de postures, d’exercices de respiration, de méditation ou simplement d’effectuer nos actions quotidiennes avec conscience et attention, est un moment privilégié de rencontre avec soi-même.

S’assurer d’un enseignement de qualité

Malheureusement, au Québec, le métier de professeure de yoga n’est pas réglementé. Certaines personnes ne disposant que d’une formation très limitée, voir d’aucune formation dans cette discipline l’enseignent. Avant d’entamer un cours de yoga, il est donc important de vous assurer que la personne qui vous guidera dispose à tout le moins d’une formation de base de 200h. Si vous avez des conditions de santé particulières (maux de dos, douleurs articulaires, problèmes cardiaques ou circulatoires, grossesse, etc.), vous devriez idéalement rechercher une professeure qui dispose de formations complémentaires en yoga adapté, restaurateur ou thérapeutique. Et cela afin de vous assurer de pouvoir retirer tous les bienfaits de la pratique et surtout, de ne pas empirer votre condition. N’ayez pas peur de poser des questions et d’informer votre professeure de votre condition de santé!

Dans tous les cas, une bonne professeure vous encouragera à rencontrer les frontières de votre corps et de votre mental avec douceur et compassion, sans pression de performance ou de perfection.

Si vous êtes intéressé à débuter une pratique de yoga sécuritaire et accessible, informez-vous au sujet des cours offerts à la Clinique Virage Santé: introduction au yoga, hatha yoga classique et yoga douceur/restaurateur. Les cours sont donnés en petits groupes de huit personnes maximum, permettant une approche personnaliséet adaptéà vos besoins.
Références:
  1. Martine Bergeron (enseignante), Notes de cours – Fondation Yoga Classique, Académie En Soi, 2015, p. 1.
  2. Françoise Mazet (traductrice), Yoga Sutra Patanjali, Éditions Albin Michel, 1991, 222p.