Passer des vacances sous la tente en espérant y retrouver le luxe des
grands hôtels est bien utopique. Il est pourtant possible de vivre une expérience de camping enrichissante et très confortable. Suivez ces quelques
conseils. Vous aimerez et voudrez répéter l’expérience!

LE CHOIX DU MATELAS

Certains ne le jugent pas essentiel, mais pour la majorité d’entre nous, il fait
la différence entre un séjour réussi ou cauchemardesque! Car même si l’on
dort en pleine nature, on souhaite tout de même avoir un sommeil réparateur et éviter de se réveiller avec mille et une courbatures au petit matin.
Votre profil de campeur et le type de camping effectué détermineront
l’installation que vous privilégierez pour dormir, bien que certaines solutions soient plus encouragées que d’autres par les professionnels de la santé. Assurez-vous que votre matelas de sol favorise une position de sommeil
sur le côté ou sur le dos, en éliminant le plus possible les points de pression qui peuvent être douloureux après quelques temps.
Le matelas mi-mousse, d’une épaisseur d’une quinzaine de millimètres,
constitue un premier choix. Il a l’avantage d’être léger, isolant et peu coûteux, mais n’offre pas toujours un confort optimal. Ici, votre poids et votre
niveau d’adaptation à une surface rigide sont à considérer.

CONSEILS POUR CHOISIR SON MATELAS

  •  Le matelas pneumatique un bon support pour les muscles et les articulations,
    puisqu’il n’est pas en contact direct avec le sol. Son inconvénient : vous aurez
    à le souffler à chaque utilisation.
  • Si vous avez l’espace nécessaire et que votre dos ne supporte pas le relief des
    racines d’arbres ou du gravier, le lit de camp constituera un choix éclairé.
    Trop lourd et plus encombrant pour les campeurs nomades et sans voiture, il
    conviendra mieux aux plus sédentaires d’entre eux, d’autant plus qu’il allie
    confort et isolation thermique.
  • Le matelas autogonflant est probablement le choix qui intègre le plus d’avantages. Léger et compact lorsque roulé, il suffit de le dérouler et d’ouvrir ses valves pour qu’il se gonfle. Dans les nouveautés en matière de matelas de
    camping, il sera probablement le choix favori des professionnels de plein air,
    quoiqu’il soit légèrement plus dispendieux que les autres.

LE CHOIX DU SAC DE COUCHAGE

Le choix ne manque pas : à chaque budget et à chaque condition climatique
son sac de couchage. Peu importe le modèle, une constante demeure toutefois : le dessus d’un sac de couchage est toujours plus chaud que le dessous, car le poids de votre corps comprime toute l’isolation du dessous. C’est une raison supplémentaire pour vous munir d’un matelas de sol. Vous protégerez ainsi vos muscles et articulations du froid et vous vous réveillerez en meilleur état le lendemain matin.

Un sac de couchage de style couverture (de forme rectangulaire) ou encore de style sarcophage est une seconde option. Dans des conditions plus arides et froides, le sac de type sarcophage est à privilégier, car il conserve davantage la chaleur à l’intérieur.

Le sac couverture permet quant à lui une plus grande liberté de mouvement à celui qui le choisit.  C’est le corps qui, le premier, produit la chaleur. Si vous campez à cette période -ci de l’année, il est donc préférable de choisir un sac de couchage un peu moins isolant et d’ajouter une couverture supplémentaire au besoin, plutôt que d’être coincé avec un sac de couchage trop chaud.

En d’autres saisons et de façon générale, le duvet permet par ailleurs une meilleure respiration et une meilleure transpiration du corps que la matière synthétique.

L’oreiller

N’oubliez pas d’avoir en votre possession un oreiller de qualité afin de combler la hauteur de votre épaule et d’éviter les blessures au cou. Les oreillers de voyage peuvent dépanner, mais la sécurité et le confort ne sont pas toujours au rendez-vous. Le confort en camping, c’est possible. Et quand on le réalise, la tente n’a plus rien à envier aux établissements cinq étoiles!

Retrouvez 7 conseils pour ménager votre dos en camping sur le site de l’Association Chiropratique Canadienne 

iStock_56908994_LARGE_web

Si vous souffrez de problèmes neuromusculosquelettiques, notamment de
torticolis, un docteur en chiropratique est en mesure d’établir le diagnostic
chiropratique et de vous recommander un plan de traitement adéquat.

Source :  Association des Chiropraticiens du Québec

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *