Pourquoi consulter une infirmière clinicienne spécialisée en soins podologiques ?

Avant tout, l’infirmière en soins podologiques est une infirmière clinicienne. Elle est donc habilitée à évaluer les patients, élaborer et appliquer un plan thérapeutique infirmier et prodiguer certains soins. Son but est de maintenir ou de rétablir la santé et de prévenir la maladie. Que ce soit pour un suivi de glycémie ou de pression artérielle, l’infirmière peut vous aider à établir des stratégies qui amélioreront votre condition.

L’infirmière en soins podologiques est donc une professionnelle de la santé possèdant une formation spécifique en podologie.  Elle possède ainsi les connaissances médicales essentielles à l’évaluation de la santé de vos pieds. Elle saura établir un Plan thérapeutique infirmier et prodiguer des soins de pieds dans une perspective thérapeutique plutôt qu’esthétique. De plus, elle pourra assurer un suivi et vous référer si besoin à un autre professionnel de la santé.

** N’oubliez pas qu’une infirmière en soins podologiques peut reconnaitre et évaluer les problèmes communs de vos pieds en considérant l’étiologie, les changements au niveau des tissus, des ongles et de la structure vos pieds, les complications possibles, les traitements et les mesures préventives pour éviter des récidives parfois difficiles à corriger ou à rétablir.

Que traite une infirmière en soins podologiques ?

L’onychomycose (ou mycose de l’ongle)

Parmi les problématiques avec lesquelles l’infirmière en soins podologiques peut vous aider, on retrouve:

L’onychomycose (ou mycose de l’ongle) est une infection fongique des ongles qui peut toucher un seul ou plusieurs des ongles des pieds ou des mains.

L’onychomycose touche environ 6,5 % de la population canadienne; elle est plus fréquente chez les personnes de plus de 60 ans et celles qui ont d’autres troubles de santé, comme le pied d’athlète, le psoriasis des ongles, une blessure des ongles, le diabète ou un système immunitaire affaibli.

Causes de l’onychomycose

Une des causes principales de l’onychomycose est la présence de dermatophytes (un groupe particulier de champignons) et parfois par d’autres types de champignons, comme les levures.

Les champignons sont des organismes microscopiques qui n’ont pas besoin de la lumière du soleil et qui aiment vivre dans un milieu chaud et humide. C’est pourquoi les personnes qui font de la natation ou dont les pieds transpirent abondamment risquent davantage d’avoir une onychomycose. En raison de leur très petite taille, les champignons peuvent envahir la peau en passant par une coupure minuscule ou par un petit espace séparant l’ongle et le lit de l’ongle.

Le pied d’athlète (Tinea pedis, Dermatomycose du pied)

Le pied d’athlète – également appelé dermatophytose des pieds ou tinea pedis (dermatomycose du pied) – est une infection cutanée des pieds très répandue. Il n’est pas nécessaire d’être un « athlète » pour être atteint de cette dermatomycose.

En Amérique du Nord, une personne sur dix souffre un jour ou l’autre du pied d’athlète. Les hommes sont plus souvent touchés que les femmes, et les adultes le sont plus que les enfants. Chez environ 50 % des personnes touchées par le pied d’athlète, l’infection cutanée est récidivante parce que les spores des champignons survivent dans la peau fendillée entre les orteils.

Causes et symptômes

Le pied d’athlète est une infection causée par un champignon. Les premières lésions du pied d’athlète apparaissent en général entre les quatrième et cinquième orteils, ou entre les troisième et quatrième orteils. La peau est fendillée, blanchâtre et humide, et elle se détache. Ces lésions causent des démangeaisons. L’infection peut également gagner la plante des pieds. La transpiration des pieds ou le port de chaussettes ou de chaussures serrées qui gardent le pied humide aggravent l’infection. Si des bactéries causent une surinfection, il y aura un suintement, une sensation de brûlure et une mauvaise odeur.

Les champignons qui infectent le pied humain vivent sur la peau, plus précisément sur des protéines cutanées appelées kératines.  Le port de chaussures serrées qui ne laissent pas passer l’air favorise la prolifération de ces champignons et l’apparition du pied d’athlète. En outre, ces champignons peuvent être facilement transmis d’une personne à une autre dans les endroits humides où les gens marchent pieds nus, par exemple dans le vestiaire d’un gymnase ou autour des piscines. Les coupures et les ampoules aux pieds favorisent l’infection par ces champignons.

4 types de pied d’athlète

Il existe 4 types de pied d’athlète : les types du mocassin, de la dermatophytose vésiculaire et les types interdigital et ulcéré. Le pied d’athlète interdigital est le type le plus fréquent, il apparaît le plus souvent entre les 4e et 5e orteils. Les types de pieds d’athlète interdigital et du mocassin sont fréquemment causés par une infection par le champignon T. rubrum. La dermatophytose vésiculaire, ou avec cloques serait causée par une réaction allergique aux champignons, laquelle se traduirait par l’apparition de vésicules. Quant à la dermatophytose ulcéreuse, elle ne se produit que dans les infections importantes et elle peut toucher des régions importantes de la peau. Elle est habituellement causée par une surinfection bactérienne en présence de l’infection à champignon.

Le pied diabétique

Le danger majeur de la perte de sensibilité aux pieds causée par la neuropathie est le risque qu’une blessure passe inaperçue et s’infecte.

Le pied diabétique se caractérise par une ulcération ou une destruction du tissu du pied, infecté ou non, due à la neuropathie périphérique.

La neuropathie périphérique se définie par :

  • Une perte de sensibilité des pieds due à une atteinte des nerfs
  • Une diminution de l’hydratation naturelle du pied engendrant sécheresse, fissures et callosités
  • Des déformations osseuses du pied résultant en l’apparition de points de pression

Toutes ces conditions sont à la base de l’ulcération du pied diabétique. Ce qui pourrait, si mal traité ou négligé, mener à l’amputation. Une bonne partie des personnes diabétiques se présentant avec un ulcère au pied souffrent également d’une mauvaise circulation sanguine dans les jambes, entrainant un manque d’apport en oxygène pour le pied. Ce problème fera en sorte qu’une plaie tardera à guérir et sera plus à risque d’infection.

Solutions

Heureusement, le traitement du diabète a beaucoup évolué au fil des ans et les traitements actuels permettent aux personnes diabétiques de mieux contrôler la maladie, rendant de plus en plus rares les amputations.

Parmi les premières choses à faire est de faire examiner ses pieds au moins une fois par an par un professionnel en soins podologiques. De plus, la personne diabétique doit également examiner ses pieds tous les jours (à l’aide d’un miroir ou par une tierce personne pour bien voir la plante du pied) à la recherche de coupures, ampoules, ecchymoses, changements de couleur, gonflements ou plaies ouvertes. Un médecin ou un professionnel en soins de pieds, devrait être contacté à la moindre anomalie dans les plus brefs délais (48 à 72 heures).

Autres Astuces :

  • Faire faire les soins des pieds par un professionnel en soins podologiques
  • Porter des chaussures appropriées
  • Éviter de marcher pieds nus
  • Éviter le trempage abusif des pieds

Qu’est-ce que l’infirmière en soins podologique peut faire pour vous?

  • Prodiguer les soins des pieds régulièrement
  • Examiner périodiquement vos pieds : Cet examen comprend un questionnaire et test de sensibilité à l’aide d’un petit dispositif muni d’un fil, appelé monofilament.
  • Faire un suivi de votre glycémie
  • De plus, elle peut vous donner toute l’information nécessaire sur l’alimentation, la gestion du poids, l’activité physique, la médication, l’insuline, l’autocontrôle, l’hypoglycémie et l’hyperglycémie, entre autres.

Le Diabète

Autosurveillance de la glycémie

L’autosurveillance de la glycémie est l’approche par laquelle la personne diabétique mesure elle-même son taux de sucre dans le sang (glycémie) à l’aide d’un lecteur de glycémie (glucomètre). Puis, à partir des résultats obtenus, elle peut ajuster ou vérifier l’effet de son traitement (alimentation, activité physique, insuline, antidiabétiques, gestion du stress). Dans un contexte d’autogestion du diabète, l’autosurveillance permet de maintenir ses glycémies le plus près possible des valeurs cibles.

Importance de l’enseignement

Pour bénéficier des avantages de l’autosurveillance, il est essentiel que vous receviez un enseignement par un professionnel de la santé. Cet enseignement devrait comprendre les éléments suivants :

  • Les aspects techniques de l’autosurveillance;
  • Les cibles de glycémie;
  • Le moment et la fréquence des mesures de la glycémie;
  • Les mesures à prendre en fonction des résultats obtenus;
  • Une réévaluation des moments et de la fréquence de l’autosurveillance tous les 3 à 6 mois en fonction de la condition clinique et des résultats.

Sans ces informations, l’autosurveillance de la glycémie n’offrira pas son plein potentiel ce qui pourrait affecter votre motivation et l’atteinte de vos objectifs.

Soutien d’une infirmière clinicienne

L’autosurveillance de la glycémie est un outil pour l’autocontrôle du diabète. Cependant, des mesures effectuées plus souvent et à des moments autres que recommandé ou sans avoir reçu d’enseignement n’apporteront pas nécessairement d’avantages cliniques. Pour certaines personnes, l’autosurveillance peut même devenir une source de stress. Ainsi, il est important de s’interroger sur la fréquence à laquelle vous mesurez votre glycémie, la façon dont vous interprétez les résultats, les actions que vous entreprenez face aux résultats obtenus et votre sentiment d’autonomie vis-à-vis le diabète. N’hésitez pas à en discuter avec un professionnel de la santé tel qu’une infirmière clinicienne. L’infirmière clinicienne saura vous guider et vous soutenir dans le processus.

L’Hypertension Artérielle

Qu’est‑ce que l’hypertension artérielle?

Lorsque votre cœur bat, il pompe le sang dans vos artères afin d’apporter l’oxygène et l’énergie dans les tissus du corps. La force du sang contre les parois de vos artères est ce qui constitue la tension artérielle. Tout le monde a besoin d’une tension artérielle pour être en santé.

Une tension artérielle élevée signifie que la tension dans vos vaisseaux sanguins est trop élevée. Ce phénomène s’appelle également hypertension artérielle. Une tension artérielle constamment élevée peut endommager vos vaisseaux sanguins et entraîner, éventuellement, divers problèmes de santé.

Habituellement, la cause de l’hypertension artérielle est inconnue. Parfois, vous ne présenterez aucun symptôme. Par contre, il y a des facteurs de risques qui peuvent contribuer à l’hypertension artérielle.

Quels sont les signes et symptômes de l’hypertension artérielle?

Ils peuvent comprendre :

  • des maux de tête
  • de l’essoufflement
  • des étourdissements
  • des problèmes de vision

Par contre, la plupart des personnes faisant de l’hypertension ne présentent pas de symptôme. C’est pourquoi il est important de connaître vos valeurs de tension artérielle.

Comment diagnostiquer l’hypertension artérielle?

Mesure de la tension artérielle

Le point de référence pour la tension artérielle est de 120/80. Une tension artérielle normale devrait être de :

  • 140/90 mm Hg ou moins pour la plupart des personnes
  • 135/85 mm Hg ou moins si vous la mesurez à la maison le résultat devrait être moins élevé puisque vous n’êtes généralement pas stressé ou nerveux à la maison
  • Moins de 130/80 mm Hg pour les personnes atteintes de diabète

Le nombre du haut représente la tension artérielle lorsque le cœur bat (en d’autres termes, lorsqu’il se contracte). Il est aussi appelé la tension artérielle systolique. Tandis que le nombre du bas représente la tension artérielle lorsque le cœur se détend. Il est appelé la tension artérielle diastolique.

Les niveaux de tension artérielle plus bas que 120/80 mm Hg sont considérés comme étant normaux. Il n’y a pas de nombre précis à partir duquel nous considérons la tension artérielle comme étant trop basse, sauf si vous éprouvez les signes et les symptômes suivants :

  • nausées
  • étourdissements
  • évanouissements
  • manque de concentration
  • déshydratation ou soif inhabituelle

Si vous éprouvez régulièrement ces symptômes, vous devriez consulter votre professionnel de la santé.

Les effets physiques de l’hypertension artérielle

Les effets physiques de l’hypertension artérielle peuvent comprendre :

  • un durcissement plus rapide des artères
  • un élargissement du cœur et de l’insuffisance cardiaque
  • des dommages aux parois de vos artères, entraînant possiblement des fissures ou des gonflements dans les artères.

Ces conséquences pouvant mené à des risques accrus de :

  • un accident vasculaire cérébral
  • la démence
  • une perte de la vue
  • de l’insuffisance rénale
  • moins de sang circulant vers le cerveau
  • une maladie cardiaque et une crise cardiaque